Chang Mai, 5H00 du mat. J’arrive de Bangkok par le train de nuit. J’ai laissé mon sac à dos à la consigne de la gare et me rends en pousse-pousse au marché couvert situé dans la vieille ville. Le conducteur est une vraie figure locale, tout droit sorti du film « Les tontons flingueurs » : un casque colonial, des Ray ban, une chemise prête à céder sous l’embonpoint, un short vraiment court, des chaussettes bleu marine remontées jusqu’au genoux et des mocassins trop petits…